Il ne dort toujours pas ?



J’avais envie d’aborder avec vous des sujets un peu plus « perso » ou comme disent certaines blogueuses « mumlife », je ne sais pas si l’idée va vous plaire mais j’avais besoin de m’exprimer un peu sur différents sujets qui me tiennent à coeur et le bien dormir en fait parti, car je ne le cache pas, je suis une vraie marmotte !

Je vais vous raconter notre traversée du désert avec Léon, en début d’année , nous avons vécu 6 mois de galère pour le faire dormir et récupérer des nuits entières .

Nous avons commencé à rencontrer les problèmes lorsque nous avons interverti les chambres dans l’appartement . Léon s’est retrouvé dans une partie de l’appartement au calme et dans une chambre deux fois plus grande . Début de l’angoisse et du besoin de réconfort. Réveils nocturnes, endormissement parfois 2 heures après l’histoire du soir, aller-retour incessant le soir .
Du haut de ses 28 mois, le début de la situation de crise, exprimons nous clairement le début des emmerdes.

Un parent fatigué est un parent qui ne sait plus sur quel pied danser . La méthode douce , la méthode forte n’a pas marché, nous nous sentions impuissant . Lorsque j’ai enfin accepté que je n’avais pas de super pouvoir, on a laissé s’installer le coco dodo, pour nous reposer, pour souffler et nous retrouver . J’insiste sur le « nous » car c’est une décision que l’on a prise à deux . On a rechargé nos batteries pendant plusieurs mois, et puis j’en ai eu marre d’avoir un intrus dans mon lit en pleine nuit. Avant de repartir en guerre, je suis allée voir la pédiatre , elle a discuté avec Léon, elle m’a glissé 2 nouvelles idées et elle m’a encore rassuré en me disant que tout fini toujours par s’arranger.

REVEIL NOCTURNE
Il a fallu se lever à deux, gérer la panique dans sa chambre, en répétant inlassablement « papa et maman sont à côté » A deux on est plus fort et surtout à 3h du matin . On a patienté dans sa chambre, on s’est endormi au pied du lit. On a matérialisé l’objectif, « si tu ne te lèves pas cette nuit tu auras une petite récompense » . Sous conseil de la pédiatre on a glissé une enveloppe avec une image d’un jouet convoité , si Léon réussissait à dormir d’une traite il avait le droit d’ouvrir son enveloppe et d’aller en boutique . Surprise du lendemain, une nuit complète. Jouet en poche, le réveil à 3h du matin a disparu. Il était si fière. La carotte et notre patience se sont révélés être un succès . On a savouré cette première victoire.

SHOW MUST GO ON
« Maman pipi, j’ai soif, j’ai pas sommeil, j’ai perdu doudou, encore un câlin. » – 22H . On s’est assuré que l’emplacement du lit était le bon, que la veilleuse était parfaitement installé, on a bien (re)défini les règles, 3 histoires, un câlin et dodo . Ca n’a pas marché . On a fait un deal , « Ok Léon tu peux nous appeler, mais tu as interdiction de te lever » Quitte à camper sur une chaise pour nous assurer qu’il se ne lève pas, nous n’avons pas cédé. Pendant 1 mois il a continué a nous appeler mais sans se lever . On a tenu bon. Et puis un soir de printemps il m’a dit , « maman, tu peux me raconter la journée de demain? » . Je me suis exécutée, j’ai quitté la chambre, il s’est endormi a 20h30. Compréhension…Léon est inquiet et il a un grand besoin d’être rassuré.

BEAUCOUP TROP TÔT
6H45 ce n’est pas tout a fait notre heure de réveil le dimanche matin. Maintenant que la sérénité est revenue , nous avons proposé à Léon de venir au pied du lit le matin, de vérifier l’heure avec lui , pour nous rejoindre et faire « le grand câlin du matin » . Il se glisse entre nous et se rendort la moitié du temps .

Je ne sais pas si mon récit vous aidera dans votre quête du bien dormir . Il est certain qu’un enfant à forcément besoin d’être entouré de ses parents . On leur demande d’être des grands rapidement…Il est important de temps en temps de se rappeler que dans quelques années on devra leur courir après pour pouvoir récupérer un bisou avant le coucher.

A lire aussi ...

Mon premier Airbnb

30 ans,30 choses

LEAVE A COMMENT